Extraits de presse

    " J’ai voulu dilater la nuit, et y faire entrer sans cesse de plus en plus de rêves."

 dans "Les Vagues" de Virginia Woolf, écrivaine


 Spectacles

Il suffit d’un soir… et d’un lendemain constituait une sorte de retour aux sources, à savoir l’essence même du conte : des histoires traditionnelles narrées par un artiste (artisan ?) de la parole qui n’a recours qu’à sa voix pour transporter le public dans son univers. Et ce fut un moment bien agréable de se laisser ainsi embarquer pendant une petite heure dans un voyage à travers différents continents au gré de son récit.

 Ces trois petits contes initiatiques, narrés par Claire Péricard en toute simplicité et avec beaucoup d’humour et de bonne humeur, ont su trouver aussi quelques échos dans l’actualité récente. Ils ont également permis à la conteuse de prendre du recul par rapport à son récit et de s’amuser de-ci de-là des images toutes faites et des clichés que véhiculent parfois les histoires traditionnelles sur les pays et leurs habitants, sur le monde tel qu’il est ou qu’il pourrait être. Les contes empruntent ainsi parfois certains passages obligés et certaines formules passe-partout qu’il est bon de remettre en perspective. Ce à quoi Claire Péricard s’est employée de manière efficace durant cette soirée mine de rien, sans en avoir l’air…

Le Monde blog de L 'Arbre aux contes de Cristina Marino 

l'intégralité de l'article


Oh ! c'est de l'eau

Durant une heure, Claire Péricard fit rêver les enfants et leurs parents en les maintenant en haleine grâce à une gestuelle et une oralité acquises auprès de professionnels du conte mais aussi d’après son expérience artistique antérieure dans le théâtre et le théâtre d’ombres .Malgré le lieu se prêtant mal à l’intimité, les enfants ont su rester attentifs, entre autre, grâce à l’interactivité impulsée par la conteuse.

La République du Centre

 Les enfants âgés de 3 à 7 ans qui fréquentent la bibliothèque ont plongé, mercredi soir, dans les contes maritimes de Claire Péricard. Ils ont été très attentifs et ont ainsi appris d’où venait l’expression « être heureux dans un poisson dans l’eau » ou  pourquoi la mer a mauvais goût, parfois, quand on boit la tasse !

L’Echo


En Piste

Malgré un public beaucoup plus jeune que prévu, Claire Péricard a su s’adapter parfaitement à ce très jeune public qui a écouté et regardé les yeux écarquillés, pendant près d’une heure, dans un véritable silence.

La conteuse peut donc étendre son public jusqu’aux tout-petits, qui forment un public difficile et très particulier. Prestation d’une qualité remarquable.

Comptes-rendus d’animations de bibliothèques à Paris


Entre Ciel et Terre….

Ces contes étaient destinés à tous à partir de six ans. Les enfants ont été captivé . Claire Péricard maîtrise parfaitement son répertoire qu’elle sait adapter au public.

Comptes-rendus d’animations de bibliothèques à Paris


Autres

A propos d’un stage de théâtre d’ombres à la Maison du Théâtre pour le jeune public de Saint Brieux

Le premier jour Claire Péricard et Florence Bathellier ont présenté aux enfants des silhouettes du théâtre d’ombre traditionnel chinois et indonésien ainsi que celle de leur dernier spectacle « La naissance du monde ».Les jours suivants, ils ont construit un scénario, écrit des dialogues, créés une bande-son, réalisés les personnages et manipulés leurs silhouettes. Puis ils ont présentés leur spectacle à la Maison du Théâtre. Les jeunes sont enthousiastes : « C’était un peu comme un rêve » « On peut faire des histoires qui sortent du réel » « On s’amuse vachement, ça permet de nous détendre et on peut s’exprimer en même temps mais je ne pensait pas que ça serait aussi rigoureux !»

Ouest France


Dans le cadre du 3ème Printemps des contes et des conteurs

La conteuse ouvre sa besace débordantes d’histoires et entraîne les élèves dans un périple chimérique à travers différents pays d’Afrique : Rwanda, Burkina-Faso et Mali. Après moult contes, les têtes dodelinent de plaisir et l’on peut voir la flamme de la création pétiller dans les yeux des jeunes car, au terme de cette ballade imaginaire, ils disposent de clés supplémentaires pour préparer leur conte africain qu’ils présenteront bientôt.

Immédiat Drancy

.

Des femmes de tous âges, savent que l’habituel cours d’alphabétisation sera cette fois un peu particulier. Avec étonnement elles accueillent une femme qui dit « être venue pour raconter des histoires » Claire Péricard commence alors une escapade imaginaire.

Des sourires enfantins s’ébauchent alors sur les visages qui se dérident complètement et des interjections, tantôt de joie, tantôt de peurs, expriment les diverses émotions traversant les auditrices. Une fois de plus la magie du conte opère…avec quelques ingrédients :des mots, des gestes et un sourire chaleureux, la conteuse a su tisser un lien avec ces femmes qui ont pu bénéficier d’un moment de ravissement mais aussi ont pu d e façon originale accéder à la langue française, condition sinequanon d’intégration culturelle.

Immédiat Drancy


Un petit détour par la Basilique de Saint Denis 

Pour l’inauguration d'une exposition itinérante, présentée dans le cadre de la semaine nationale du handicap, à la basilique Saint Denis, la conteuse Claire Péricard a raconté la triste jeunesse de Bertrand Du Guesclin, Connétable de France, un des gisants les plus fréquentés .

Journal Saint Denis 


Dans une bonne crêperie au fin fonds du pays gallo !

Claire Péricard , la conteuse, est venue jusqu’à la crêperie Bido grâce à une rencontre amicale avec Olga et Francis , les patrons du lieu. Après dîner, une trentaine de personnes (adultes et enfants) ont écouté, avec des visages souriants, des histoires venant de Grèce, de Russie, une version inédite du Petit Chaperon Rouge, et enfin une célèbre histoire se passant au village même, celle d’une vieille femme prête à offrir ses galettes en échange d’une plume de buse. Ainsi vivent les histoires…

La Gazette du Morbihan